Pour découvrir le parcours patrimonial sur Google map (classique, PMR et PMR accompagné) : cliquez ici

Le chemin de fer à Mondonville

Le camin de fèrre [Lé camí de fèrré]

La ligne de Cornebarrieu à Lévignac est une ancienne ligne du réseau de la Compagnie des chemins de Fer du Sud-Ouest (CFSO). Son tracé de 16 km, à voie métrique – voie étroite d’un mètre pour les lignes secondaires d’intérêt local -, a été en service de 1912 à 1946. Cet itinéraire se greffait sur celui qui reliait Toulouse à Cadours par Cornebarrieu. Il traversait alors Mondonville, Daux, Montaigut-St Paul et Lévignac. La gare* accueillait en moyenne deux trains quotidiens au départ de Cornebarrieu et autant en provenance de Lévignac.

Le franchissement du vallon encaissé du Gajea fût résolu par l’édification d’un petit pont robuste, réalisé en brique de parement autour d’un noyau de galets de Garonne amalgamés.

*Celle-ci, devenue propriété privée, est visible depuis la Route de Pibrac au n° 3.

Zoom sur une carte Michelin au 1/200 000 (env. 1930. Les lignes de chemin de fer sont représentées par une ligne noire barrée de traits.
Zoom sur une carte Michelin au 1/200 000 (env. 1930. Les lignes de chemin de fer sont représentées par une ligne noire barrée de traits.

La source des amours

La font de las amors [La funt dé las amouss]

Les fouilles menées à proximité de cette source, visible dans le parc, indiquent une utilisation précoce du site. En effet, des objets tels que des haches préhistoriques et des pièces romaines y ont été découverts. L’édicule qui ceint la source a été vraisemblablement reconstruit au XIXe siècle.

La Source des Amours doit son nom à la légende selon laquelle les amoureux qui s’y abreuvent ensemble y trouveront un gage d’amour et de fécondité : sept fois sept ans de bonheur et la venue de sept « pitchouns », mais à la condition d’y boire son eau sept fois dans les mains de l’élu(e) de son cœur.

La Micheline à Mondonville
La Micheline à Mondonville

Le site préhistorique de Labadie

Le site preïstoric de l’Abadia [Lé sité préïstouric dé l’Abadïo]

Des fouilles préventives réalisées lors des travaux du tracé routier de l’Itinéraire à Très Grand Gabarit – IGG, acheminant les pièces de l’Airbus A380, construit à partir de 2003- ont permis de mettre en évidence un site acheuléen* au lieu-dit de Labadie. Ce site, matérialisé par des concentrations de quartzites taillés ont été à l’origine d’apports scientifiques de tout premier ordre, et a notablement amélioré nos connaissances sur les groupes préhistoriques qui ont habité Mondonville entre 350 000 et 200 000 ans avant notre ère (Paléolithique inférieur). Les pièces sont très bien conservées, les faces taillées ne présentant quasiment pas de traces d’érosion.

*Industrie lithique du Paléolithique inférieur.

 

Coupe géologique au droit du site de Labadie (Mondonville).
Coupe géologique au droit du site de Labadie (Mondonville).

 


 

 En haut : industrie lithique en quartzite à Labadie ; 1 = racloir convexe ; 2 = biface partiel à pointe ; 3 = « racloir » épais sur galet ; 4 = uniface partiel.
 En bas : deux remontages (dessins et photos M. Jarry/INRAP).

 

Références :

  • Robert Esparbès : Si Mondonville m’était conté.
  • Bruxelles, A.-L. Berthet, P. Chalard, D. Colonge, G. Delfour, M. Jarry, L.-A. Lelouvier, T. Arnoux et O. Onézime : Le paléolithique inférieur et moyen en Midi toulousain : nouvelles données et perspectives de l’archéologie préventive, PALEO, 15 | 2003, 7-28.

Yves Dulac

[Photos et plan]

Les textes, documents et visuels figurant sur les pupitres du parcours patrimonial de Mondonville ont été écrits et compilés par Marc Beugnies et Yves Dulac, avec le précieux concours de la Section Histoire et Patrimoine du Foyer Rural de Mondonville, et plus particulièrement de MM. Gérard Dournes et Alain Poujol.

Nous tenons à souligner par ailleurs l’importante source d’informations sur l’histoire de Mondonville qu’a constitué la série d’articles de Robert Esparbès parue en son temps dans la Dépêche du Midi sous le titre « Si Mondonville m’était conté », et dans laquelle nous avons puisé abondamment.