Pour découvrir le parcours patrimonial sur Google map (classique, PMR et PMR accompagné) : cliquez ici

Le château de la Tour (XIIIe – XIVe siècle)

 Le Castèl de la Tor [Lé castèl dé la Tour]

Plans terriers de la terre de Mondonville de 1767.
Plans terriers de la terre de Mondonville de 1767.

Situé à quelques pas de la frontière entre la Guyenne et le Languedoc – démarcation âprement disputée lors de la guerre de Cent Ans entre le roi d’Angleterre et le roi de France -, il ne reste aujourd’hui du château médiéval de Mondonville dit « château de la Tour » que quelques vestiges : une immense cave voutée qui pouvait contenir quelques douzaines de chevaux, une citerne, un four, les deux tours qui marquaient l’entrée fortifiée et une partie des remparts.

Grâce au plan terrier, premier cadastre de Mondonville, l’on peut imaginer aujourd’hui cette forteresse médiévale construite principalement pour la défense.

 

 

Château de la Tour
Château de la Tour

Elle comprenait un donjon imposant (12m de large et 35m de haut), était entourée d’une enceinte de 6 mètres de hauteur et, côté sud, d’un fossé profond auprès duquel se groupaient les maisons du village. Un puits particulièrement important d’un diamètre de 2,2 mètres occupe encore aujourd’hui l’espace qui correspond à l’ancienne cour. Il permettait l’alimentation en eau en cas de siège. Le nouveau bâtiment, qui date du XIXème siècle (1823-30), présente une architecture classique avec un corps principal à 2 étages prolongé par deux ailes d’un seul niveau en terrasse.

Les textes, documents et visuels figurant sur les pupitres du parcours patrimonial de Mondonville ont été écrits et compilés par Marc Beugnies et Yves Dulac, avec le précieux concours de la Section Histoire et Patrimoine du Foyer Rural de Mondonville, et plus particulièrement de MM. Gérard Dournes et Alain Poujol.

Nous tenons à souligner par ailleurs l’importante source d’informations sur l’histoire de Mondonville qu’a constitué la série d’articles de Robert Esparbès parue en son temps dans la Dépêche du Midi sous le titre « Si Mondonville m’était conté », et dans laquelle nous avons puisé abondamment.